Aller au contenu principal

June Digan, passion randonneuse classique

June Digan vit à Manille, aux Philippines. Cette graphiste et illustratrice de 35 ans voue une fascination pour les randonneuses classiques. C’est peut-être en grandissant dans un foyer rempli de vieilles voitures que sa passion pour les anciennes montures à débuter.

«  Honnêtement, je ne me souviens pas exactement quand cette fascination pour les randonneuses classiques a commencé, mais j’ai grandi dans un foyer rempli de vieilles et de nouvelles voitures, car mon père est mécanicien automobile. Son travail consiste à réparer des voitures, et j’ai donc passé toute ma vie entouré d’objets mécaniques et de machines.
J’aime particulièrement regarder les vieilles voitures classiques, comme la Volkswagen, qui fut aussi la première voiture de mon père. Cette fascination s’est poursuivie et s’est transformée en bicyclettes. »

C’est un Mamachari (ママチャリ), un vélo japonais emblématique, qui sera son premier vélo d’adulte.

«  Il était en mauvais état. Je l’ai restauré et je l’ai utilisé pour mes loisirs pendant plusieurs années, jusqu’à ce que certaines pièces me lâchent. »

La pandémie de covid-19, coince June et sa famille à la maison. Elle découvre sur YouTube d’anciennes vidéos de vélos Grandbois, Toei, C.S. Hirose et René Herse.
« Lorsque je suis retournée sur mes anciens tableaux Pinterest, j’ai découvert qu’il s’agissait des mêmes bicyclettes que j’avais épinglées il y a des années. C’est à ce moment-là que j’ai décidé que je pourrais probablement acheter un vélo néoclassique. »

Au délà de l’aspect esthétique des anciennes randonneuses classiques, c’est la simplicité, le peu d’entretien et la robustesse de l’acier qui ont attiré la jeune artiste.

« Je me suis dit que si je devais avoir un nouveau vélo, il faudrait que ce soit quelque chose qui dure longtemps et que je puisse utiliser sur de longues distances, car c’est toujours notre objectif de parcourir de longues distances. »

Un vélo pour chaque usage

Comme tout bon passionnée de vélo qui se respecte, June n’a évidemment pas qu’une seule bicyclette. « Il y a deux ans, nous avons également fait un petit tour à vélo autour de Kyoto, Nara et Osaka. Nous avons parcouru au moins 300 km au total. Nous prévoyons de le refaire cette année. »

Que se soit sur son Brompton 16 pouces, son Bickerton 20 pouces ou sa randonneuse 650B Grand Bois, sans oublier son vieux Mamachari ; elle parcourt au quotidien avec son compagnon, entre 12 et 20 km par trajet. Et plusieurs centaines lorsqu’ils sortent de la ville.

« Ne vous méprenez pas. Il est possible de faire des randonnées avec des vélos pliants, mais nous trouvons que c’est plus facile avec des vélos plus grands de taille standard.
Chacun de mes vélos a un usage différent. Mon vélo de 20 pouces est mon vélo de course quotidien. Le Brompton est destiné aux trajets quotidiens qui nécessitent d’être à l’intérieur, car je peux l’emmener partout où je vais. Mon Grandbois est destiné aux longues randonnées, aux montées (hors de la ville) et aux situations où j’ai besoin de transporter des choses. C’est un vélo semi-personnalisé construit par les gens formidables de I’s Bicycle Kyoto/Grand Bois. »

Sa randonneuse arbore des pneus en 42B et une selle Idéale 90 pour conquérir les routes rugueuses de Manille. Ses porte-bagages avant et arrière lui permettent de transporter principalement du matériel d’art ou un appareil photo. Malgré son air classique, toutes les pièces sont modernes, à l’exception de la pompe.

Pour la trentenaire, le vélo est synonyme de liberté. « Lorsque je fais du vélo, je ne pense qu’à la route, aux endroits que je visite et aux gens qui m’entourent. C’est quelque chose que je fais pour échapper au stress du travail quotidien. »

Lorsqu’on l’interroge sur le lien possible entre son travail et sa passion, elle s’étonne elle même de sa réponse. «  Je n’y avais pas pensé jusqu’à ce que vous posiez la question. Outre l’influence de l’endroit où j’ai grandi, je suis également très visuel. Je suis graphiste de profession. Je peins et dessine également pour gagner ma vie. C’est probablement l’une des raisons pour lesquelles j’aime les choses d’apparence classique. Il est également essentiel pour nous, designers/artistes, de sortir et de voir les choses. Sortir, que ce soit sur de courtes ou de longues distances, à vélo ou simplement à pied, nous aide dans notre travail, que ce soit d’un point de vue psychologique, émotionnel ou littéral. »

Ne tardez plus pour aller découvrir son travail sur son compte Instagram @junedigann et son site internet : junedigann.com

Les vélos Cycles Grand Bois, Kyoto, Japon : cyclesgrandbois.com

Photos : June Digan, Cycles GrandBois

LE CHOIX DE JUNE : SELLE EN CUIR IDÉALE 90 COULEUR NATURELLE